Rechercher
  • Hero'ines Project Jems

Camille, Professeure de yoga


Je vous propose aujourd’hui de rencontrer Camille, Professeure de Yoga.


Elle est originaire de la région niçoise mais depuis peu est devenue nîmoise. Comme quoi, il suffit d’une lettre pour changer de région. Après quelques années sur Paris avec son compagnon, ils réfléchissent à un nouveau lieu pour vivre et élever leur fille qui arrive bientôt.


Lorsque Ninon pointe le bout de son petit nez, le processus s’accélère et c’est à Nîmes qu’ils décident de s’installer ; un territoire déjà connu car son compagnon est d’origine nîmoise. Ils veulent un lieu qui leur permettra non seulement de mieux exercer leurs métiers, mais aussi de mieux s’impliquer en tant que famille et couple.


Nous commençons notre échange par une discussion sur la femme en 2021. Camille m’explique qu’elle s’est beaucoup intéressée à la femme, à sa représentation et à la manière dont elle l’incarne et joue avec.


Elle se sent rassurée mais aussi impressionnée car de nombreuses femmes prennent les choses en main de par leurs engagements, la manière dont elles assument leurs corps. On entre dans une ère où on ne peut plus faire marche arrière, on a une place et on l’occupe. Différents mouvements féminins s’affirment dans les nouvelles générations via Tiktok, l’écologie, la mode, mais aussi la politique, le développement personnel, les arts…


Quand je lui parle des différentes héroïnes que j’ai pu rencontrer pour le projet, elle voit en elles des facilitatrices de ces mouvements. Il faut pour elle que la femme soit bien dans ses baskets, qu’elle puisse dire « non » quel que soit le moment, même à un médecin alors qu’elle a les pieds dans les étriers, en train de pousser


Etre femme c’est aussi pouvoir l’exprimer grâce au yoga, il permet de trouver sa place, de réfléchir et de s’exprimer.


Depuis plusieurs années, Camille enseigne le yoga. Celui-ci est plutôt de style dynamique et sportif. Il a pour pratique d’inscrire le mouvement dans la respiration et de créer une certaine énergie. C’est l’enchainement régulier des postures sans discontinuer, d’un côté puis de l’autre, qui permet de faire travailler la totalité du corps. Au cours de la séance, c’est l’étroite connexion entre mouvement et souffle qui pousse le corps à augmenter sa température.


Mais ce yoga de type ardent est perçu par Camille comme un obstacle à la diversification du public et réduit donc l’accès au yoga à certaines personnes. Elle souhaite adapter les pratiques à certains rythmes et états de vie. Son objectif est d’ouvrir les portes du yoga à tous, qu’il soit doux, dynamique, prénatal, lié à des problèmes de santé physique ou mentale, et même à des personnes pas souples comme moi (rires).


Elle diversifie donc son yoga pour accompagner tout le monde et m’explique que pour elle « Il y a le yoga, il y a les gens, et ce n’est pas aux pratiquants de s’adapter mais plutôt au yoga de s’adapter à eux. »


Elle veut trouver la recette qui fera de son yoga celui de Pauline, Patricia, Coralie, Jérémy, Mara, Claude…


Mais ce n’est pas tout car Camille décide de se spécialiser en accompagnement périnatal grâce à des formations. Son approche de ce nouveau domaine passe d’abord par le massage bébé. C’est une grande aventure qui commence alors avec la découverte du nouveau-né et des liens forts qui se tissent avec les mamans.


« Je suis tombée folle d’amour pour les mamans » me confie-t-elle tout en souriant.



A cette époque, elle ne mesure pas encore l’ampleur d’une grossesse et de ce que le yoga peut apporter. Elle m’explique que le yoga est alors un soutien physique, qui lui permet non seulement de soulager les maux liés à la grossesse, mais aussi d’apaiser et de faciliter l’accouchement des femmes qu’elle rencontre.


Elle donne de nombreux cours de yoga pré et post natal avant de découvrir elle aussi le bonheur de devenir maman.


Elle aborde la grossesse et la naissance non pas comme une difficulté mais plutôt de manière positive, en remettant tout d’abord une personne au centre de cette aventure : la femme.


Quand on est enceinte, le corps n’est pas le seul à être touché ; l’esprit l’est aussi. Tout change et évolue : le physique, les émotions, les envies,…


Il est donc important pour Camille d’être préparée au mieux afin d'accueillir ces mamans en proie au changement fort qu’apporte la grossesse. Elle va se former auprès de « doula ».


Le mot doula est utilisé aujourd’hui dans le domaine de la périnatalité, pour nommer une femme qui a pour vocation d’aider une autre femme et son entourage pendant la grossesse, l’accouchement et la période postnatale, grâce à son expérience et à sa formation. Elle incarne la figure féminine qui se tenait autrefois auprès de la femme qui met au monde son bébé, aux côtés des sages-femmes.

Plus d’infos sur le site : (asso doulas de France)



Lorsqu’une femme vient à son contact, celle-ci doit comprendre qu’elle est en face d’une personne qui est là pour l’écouter et pour parler. Camille est là pour accompagner, donner des conseils, en prenant en compte les envies et les besoins de la pratiquante.


Elle organise différents programmes comme :

- Des cours collectifs

- De l’accompagnement individuel

- Des cours par groupe de trois femme.


Concernant ce dernier, quelques précisions sont nécessaires car il ne s’agit pas d’un simple programme mais aussi d’une véritable aventure humaine.

Ces trois femmes ne se connaissent pas. Elles sont toutes enceintes, viennent de divers horizons et ont des personnalités qui leur sont propres. A titre indicatif, nous avons pour une de ces sessions :


Justine : Médecin et fille d’obstétricien tournée vers les sciences. Elle ressent pourtant le besoin de se détacher du milieu médical, tout en prévoyant son accouchement en maternité réputée.

Pauline : Elle a déjà choisi son accouchement, il se fera de manière naturelle.

Laurence : A mi-chemin entre ses deux interlocutrices, elle souhaite accoucher en maternité mais se pose encore beaucoup de questions sur sa grossesse.


Avec 1h15 de pratique par semaine le temps passe, elles s’écoutent, s’entraident et se rassurent. Elles tissent des liens indéfectibles qu’elles n’oublieront jamais ; Camille non plus


Durant chaque session, l’idée est de faire comprendre aux futures mamans qu’elles habitent leurs corps et que rien ne leur est impossible. La pratique permet de se réapproprier des mouvements primaires oubliés, des sensations épidermiques qu’elles expérimenteront durant la naissance ou après.

Exemples : le bercement, les positions de délivrance, la gestion des contractions avant même de les avoir ressenties, etc


Camille vous accueille et vous enseigne le yoga qui vous correspond à Rituel au 17 rue Auguste, 30 000 Nîmes. Donc si vous cherchez une prof de yoga passionnée, à l’écoute, rayonnante et sympa, contactez là.


Instagram : @camillepou / @centrerituel




16 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout